• LinkedIn
  • Subcribe to Our RSS Feed

Médecine, méditation et neurosciences : un succès manifeste

Médecine, méditation et neurosciences : un succès manifeste

Journal électronique interne de l'Université de Strasbourg Article publié le 13 décembre 2013
dans l’ACTU n°84, le Journal électronique
de l’Université de Strasbourg.

Le diplôme d’université Médecine, méditation et neurosciences (DU MMN) avait déjà suscité un vif intérêt en 2012-2013 pour son lancement. Cette année, les responsables de la formation ont reçu plus de 400 demandes – dont quelque 250 dossiers recevables – pour 56 places. Récit d’un succès inattendu.

La promotion 2013-2014 du DU MMN est actuellement en formation au Mont Saint-Odile. Ils sont médecins (généralistes ou spécialistes), psychologues et chercheurs en neurosciences et viennent de toute la France, de Suisse, de Belgique, d’Angleterre, du Brésil et du Canada. Ces 56 personnes ont été choisies parmi quelque 250 candidatures. « C’est une hausse de 23% du nombre de candidatures et de plus de 15% de personnes accueillies par rapport à la première promotion en 2012-2013 », se félicite-t-on au Service de la formation continue.
Jean-Gérard Bloch, rhumatologue et directeur d’enseignement à l’Université de Strasbourg, est à l’origine de la création de ce diplôme et donc de l’entrée de la méditation à la Faculté de médecine. « Je pratique la méditation depuis 15 ans à titre personnel et j’ai été l’un des premiers, il y a 4 ans, à l’introduire aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) dans le service de rhumatologie dirigé par Jean Sibilia 1 sous la forme d’un programme de gestion du stress basé sur la méditation de la pleine conscience en 8 semaines proposé, selon le protocole MBSR 2, aux patients et aux soignants. Avec ce diplôme, j’avais envie de faire découvrir aux professionnels de la santé comment intégrer cette pratique et profiter de ses bienfaits dans leur activité. »

Des effets sur le corps et l’esprit

Le moins que l’on puisse dire c’est que les professionnels sont au rendez-vous. « Le DU suscite un fort intérêt car on met le pied dans une technique qui ne fait pas partie de la médecine occidentale classique, explique Gilles Bertschy, professeur en psychiatrie aux HUS et co-responsable du diplôme. De nombreux essais cliniques montrent l’efficacité de la méditation sur la santé psychologique et dans une certaine mesure physique ; notre DU joue donc à dessein le rôle d’une véritable caution scientifique. »
L’engouement pour ce diplôme s’explique aussi par son caractère inédit en France et en Europe sous cette forme qui allie théorie et pratique de la méditation de pleine conscience. « C’est une conscience qui émerge quand on porte son attention consciente volontairement, sans jugement, sur ce dont on fait l’expérience dans l’instant, en le maintenant instant après instant », explique Jean-Gérard Bloch. En faisant intervenir des enseignants et professionnels locaux (Unistra et HUS) mais aussi des chercheurs de renommée nationale et internationale, le DU traite des aspects épistémologiques, philosophiques, psychologiques, neuro-scientifiques et cliniques de la méditation.

Découverte pratique par l’expérience

Les professionnels sont également invités à vivre une expérience personnelle de la pleine conscience. « On ne peut pas enseigner la méditation pour les autres si on ne l’a pas fait pour soi, la pratique permet d’incarner les aspects théoriques », affirme Gilles Bertschy.
Et les retours des diplômés sont très encourageants. À la suite de la première promotion, des groupes de recherche ont été créés et des programmes MBSR ont été organisés dans diverses régions. Les diplômés se sont même regroupés en association pour promouvoir et développer toute action dans les champs de la santé et de la société en lien avec le DU. Une dynamique est enclenchée !

Floriane Andrey

1 Actuel doyen de la Faculté de médecine
2 Mindfullness based stress reduced (réduction du stress basée sur la méditation de pleine conscience) ; programme développé par Jon Kabat-Zinn à la clinique de réduction du stress du centre hospitalier du Massachusetts depuis 1979

Leave a comment


+ quatre = 10